À propos de moi

Un parcours riche et varié

Maman à 19 ans, j'ai débuté ma carrière professionnelle à 21 ans en tant qu'auxiliaire de vie scolaire au sein d'un pôle de Classe d'Intégration Scolaire dans une école d'un quartier sensible à Dijon. Ce pôle accueillait des enfants porteurs de toutes sortes de handicaps. J'y ai appris à adapter mon discours et ma pédagogie en fonction des différences de chacun. Je m'y suis particulièrement épanouie à travers les ateliers théâtre que je proposais dont les buts principaux étaient de développer un meilleur rapport à son corps et gagner en confiance en soi.

J'ai aussi découvert que j'étais sensible au différentes sortes de « petites violences habituelles » que l'on trouve dans la manière d'agir, de communiquer ou de gérer certaines situations de la part de certains professionnels. J'avais l'intuition que l'on pouvait faire autrement et que ce n'était bon pour personne.

Après deux ans, j'ai suivi une formation BPJEPS dispensée par les CEMEA. Séduite par leurs méthodes de pédagogie active, j'ai dirigé des séjours de vacances et suis devenue à mon tour formatrice d'animateurs. Lors de mes séjours de vacances, j'attachais une grande importance à la place de l'enfant dans le choix de ses activités en formant les animateurs à mener des réunions d'enfants et être à l'écoute, créatif et réactif. 

Puis je me suis spécialisée en éducation à l'environnement. C'est ainsi que j'ai été en contact avec la culture « alternative » (woofing, permaculture, véganisme, projets collectifs...). J'ai été cofondatrice du collectif la'bel bidouille qui créait des ateliers d'échanges de savoir faire en écologie pratique. En occupant le poste de coordinatrice sur une fédération d'associations, je me suis heurtée à l'inertie inhérente aux structures associatives et collectivités territoriales et je ne trouvais plus mon compte dans ce travail et l'ai quitté.

Je suis alors allée vivre à la communauté de l'Arche de Saint Antoine, C'est une communauté non violente d'environ 50 personnes. J'y ai suivi une formation sur 2 ans. Cette formation nommée la FEVE (Formation Experimentation au Vivre Ensemble) regroupait 4 volets :

  • connaissance de soi, 

  • de la dynamique de la relation, 

  • de groupe

  • et de projet. 

Pour cela j'ai été formée à divers outils comme par exemple la Communication Non Violente la transformation constructive des conflits, la sociocratie et j'en passe. Cela couplé à la richesse de la vie communautaire a été très riche d'enseignements.

Quelques liens

Puis forte de cette expérience, je me suis installée dans un plus petit collectif dont le projet était plus à mon image. Je voulais vivre de manière très simple, à la campagne et produire ce que je mangeais au maximum. Je m'y suis installée en yourte. Mon fils allait dans une école Montessori parentale. Je vivais donc très fort le collectif sur ces 2 projets. En parallèle, j'ai continué à me former avec l'Université du Nous

Puis notre projet de lieu de vie s'est arrêté, nous nous sommes séparés. Les modifications de nos structures familiales et la rudesse de notre mode de vie nous ont amenés à faire ce choix.

Suite à cela, j'ai eu besoin de reconstruire la base de ma pyramide de Maslow : les besoins primaires (se loger, avoir l'eau et l'électricité chez soi, avoir un travail et donc un revenu, un collège classique pour mon fils...). Tous ces événements, ces émotions, ces déchirements m'avaient ébranlés. J'ai dû faire deuil de la poursuite d'un idéal et accepter mes limites.

Cela m'a pris du temps, je n'ai pas cherché d'autres projets, ou à me projeter dans l'avenir bien que je m'interrogeais sur le sens de tout cela.. A ce moment, j'ai suivie une thérapie avec un praticien spécialisé en Gestalt thérapie. Bien que j'avais reçu de nombreuses formations et été invitée un bon nombre de fois à regarder à l'intérieur de moi, certaines choses avaient besoins d'un accompagnement plus poussé pour être vraiment transformées. Aussi, j'ai retravaillé. J'ai été de nouveau directrice d'un accueil de loisirs, puis ouvrière viticole et enfin assistante d'éducation, et je me suis investie dans quelques associations locales.

Puis petit à petit, a germé le projet de « Nature Nous », où j'ai décidé de faire bénéficier à d'autres de mon expérience personnelle et collective.

Contact

​​

Tél : ​07 63 42 23 62

benedicte.roumier@gmail.com

  • LinkedIn - Black Circle
  • Black Facebook Icon

© 2023 par Bénédicte Roumier.